24/07/2006

Un matin...

Un matin, seule, à regarder la pluie tomber.

 

C’est plutôt étonnant ça : « un matin ». Pour elle, en tout cas. Elle hait le matin, d’habitude. Elle fait tout pour éviter les matins. Bien sûr, il faut travailler, alors, à ce moment-là, elle se lève le matin. Sinon, elle tente le plus possible d’éviter d’être levée le matin, seule, quitte à s’endormir à trois heures la veille.

 

Pourquoi déteste-t-elle tant le matin ? Elle n’en a pas la moindre idée.

 

Et surtout, pourquoi ce matin, est-elle levée, seule, devant sa fenêtre à contempler la pluie ? Cela lui échappe. Mais elle se sent bien. Etonnamment bien.

 

Elle ne pense à rien. Ça aussi, c’est étrange. Elle a toujours des tas de choses en tête, d’habitude. Ne fut-ce que le rêve qui a occupé son esprit pendant la nuit. Ce matin, elle ne pense à rien.

 

Son téléphone portable sonne. C’est lui qui l’appelle.

 

Lui.

 

C’est peut-être pour ça qu’elle se sent comme ça. Elle décroche, un sourire aux lèvres. Il aimerait la voir ce soir. Elle sait qu’elle va passer sa journée à penser à lui. Elle accepte, regrettant de ne pas lui proposer de se voir plutôt à midi. Elle raccroche, file sous la douche, avale un petit déjeuner léger.

Elle repense à son rêve de cette nuit. Elle l’a vécu en rêve, cette journée. Elle sait déjà précisément que sa mère va l’appeler dans 3 min, ce qu’elle ne tarde pas à faire. Elle sait aussi qu’elle ira faire les soldes avec sa meilleure amie. Qu’elle choisira ce petit tailleur noir si sexy, avec cette chemise rose passée. Elle sait qu’il arrivera pile à l’heure ce soir. Elle sait qu’aujourd’hui est le grand soir. Qu’il l’emmènera dans un petit resto discret, qui ne paie pas de mine, mais qui est le restaurant le plus parfait de cette ville pour cette soirée. Puis, qu’ils iront faire un tour, qu’il lui prendra la main. Qu’ensuite, sans qu’elle s’en rende compte, ils s’arrêteront sur le pont, main dans la main, et qu’à la lueur des réverbères, il prendra son courage à deux mains pour lui avouer ses sentiments. Elle sait qu’elle lui sourira, qu’il reprendra confiance en lui, et qu’il l’embrassera.

Elle sait tout ça quand il la ramène à la maison ce soir-là, après avoir mangé chez Quick. Elle sait qu’un jour ce sera le grand soir. Au fond de son cœur déçu, elle le sait.

11:34 Écrit par Tayiam dans Sentiments | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

14/07/2006

entraide

Dans un monde passablement absurde, il y a quelque chose qui ne l'est pas, c'est ce que l'on peut faire pour les autres.

 

André Malraux

17:53 Écrit par Tayiam dans Citation | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

12/07/2006

un jour comme un autre

Tu es dans le tram. Tu vois des gens autour de toi, aux regards indifférents.

 

Tu lis un livre que tu dois connaître pour ton prochain examen. Il concerne l'histoire contemporaine. Il raconte comment le 20ème siecle a été le siècle le plus sanglant de l'humanité. Quand tu lis ça, tu as presque la nausée.

 

Tu lèves les yeux, et face à toi une maman raconte à son petit bonhomme une histoire de conte de fée.

 

Tu arrives au boulot. Ton job consiste à éplucher des dossiers, et voir s'il faut les archiver. Tu tombes sur une histoire de viol d'enfants. A vomir. Tu es indigné, puis, tu tournes la page, et entame le dossier suivant.

 

Dans le bus pour rentrer chez toi, un contrôleur jette l'abonnement d'une jeune fille par terre. Elle a le malheur d'être black! Personne ne réagit, même pas toi.

 

Tu rentres chez toi, tu es fatigué. Tout ce que tu veux, c'est un bon bain chaud, un petit dîner (qu'il faut encore préparer, pfff...), un bête feuilleton ou un bon bouquin, et au lit!

 

Pourquoi n'a-t-on pas envie de se rebeller contre ce qu'on a lu, vu, vécu? Parce que c'est tellement facile, n'est-ce pas!

 

J'aimerais que les gens soient moins lâches, et j'aimerais être moins lâche moi-même...

13:44 Écrit par Tayiam dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |