17/08/2006

L'amour avec un grand A

Voici un autre texte écrit il y a deux ans...

 

L’amour avec un grand « A », qui n’y croit pas ?

 

Malheureusement beaucoup ! Le scepticisme les pousse à dire que cela n’est qu’un montage créé par les médias (l’excuse est facile) et les rêveurs. La facilité les incite à ajouter que cela ne sert à rien de s’entêter à rester avec la même personne toute sa vie, que c’est normal de papillonner car l’Homme est ainsi fait.

 

Pourtant, je veux pouvoir y croire à l’amour vrai, à l’homme ou la femme de sa vie.

 

Certains me diront que je suis jeune. Certes, ils ont raison. Mais est-ce pour ça qu’ils sont devenus si cyniques ? Parce qu’eux ne le sont plus ? Je n’en sais rien. Mais de toute façon, cela ne doit pas être l’unique raison. Peut-être n’ont-ils vécu que des histoires d’amour qui se sont mal terminées et qui leur ont fait perdre tout espoir de bonheur lié à l’amour vrai ? Peut-être, plus simplement, ont-ils cru que cet amour leur tomberait tout cru dans la bouche, comme si cela coulait de source… ?

 

Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples. Même si, à mon humble avis, l’amour avec un grand « A » existe, il faut faire des efforts pour le construire (jusque là, la majorité est d’accord, et le fait, d’ailleurs), mais aussi pour le conserver.

 

Trop souvent, les amoureux ensemble depuis longtemps croient leur couple acquis et ne tentent plus guère d’efforts pour entretenir la flamme qui s’éteint, petit à petit.

 

La flamme. Pourquoi tant d’auteurs usent de cette métonymie ? Peut-être parce que c’est celle qui s’approche le plus de la vérité : il faut tourner le bâton longtemps dans les brindilles pour qu’une flamme, d’abord toute petite, puisse naître ; c’est le jeu de la séduction, avec ses longs regards, ses petits sourires, ses balades, ses cinémas, ses bouquets de fleurs pour enfin obtenir un baiser.

 

Ensuite, pour que la flamme grandisse et s’épanouisse, on rajoute quelques brindilles, on l’entoure de pierres pour la protéger, on souffle un peu dessus pour l’attiser, … C’est la construction du couple qui se met en place, l’apogée de l’histoire d’amour pour certains, mais aussi le début de la fin… car petit à petit s’installe un sentiment d’acquis. On ne fait plus ou peu d’efforts, c’est dans la poche.

 

C’est là la plus grosse erreur car l’amour vrai ne fait alors que commencer. Et pour le maintenir en vie, il faut le nourrir et le protéger, sinon, la flamme s’éteint, souvent définitivement. J’admire ces couples qui se connaissent depuis toujours et qui se connaissent sur le bout des doigts, sans jamais être lassé l’un de l’autre…

 

Même lorsque l’on vit ensemble, je pense qu’il est nécessaire de continuer à montrer à sa moitié qu’on existe et qu’on l’aime. Et souvent, quelques attentions suffisent : un déjeuner au lit, un dîner au restaurant, une rose « oubliée » sur l’oreiller, un « je t’aime » glissé à l’oreille. Inutile d’être un génie.

 

Toujours est-il que l’amour toujours, j’y crois, et je suis prête à beaucoup pour concrétiser ce rêve.

10:15 Écrit par Tayiam dans Sentiments | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Tant que je suis là, hein... ... j'en profite pour "commenter" ici aussi! ;-)

Joli texte, comme les précédents. Je suis assez d'accord du reste, même si de nombreuses personnes crieront à l'utopie joyeusement idéaliste. Grand bien leur en fasse.

Après tout, si l'on a des rêves, ce n'est pas en les décrétant morts nés qu'on les concrétisera... ;-)

Écrit par : Aion | 24/08/2006

utoptie Si on est pas utopique, comment peut-on espérer faire changer les choses?

Et si on n'est pas idéaliste à notre âge, quand le serons-nous? Et que serons-nous à 40 ans?

Écrit par : tayiam | 25/08/2006

amour je te laisse mon num: 0494769802.
tu verras...ac moi l'amour ac un pt "a" te suffira...
biz, ton lover.

Écrit par : GcomGigolo | 28/08/2006

Les commentaires sont fermés.