02/01/2007

Futur parfait...

Un rayon de soleil perce à travers mes rideaux. Une belle journée en perspective.

 

Câlin, mon chat, me chatouille le nez avec sa longue queue touffue. Il a faim et n’a aucunement l’intention de me laisser dormir. Résignée, je m’assieds dans mon lit, et le prends sur mes genoux. Il se laisse caresser quelques minutes, puis, se remet à jouer avec mon visage. Décidément, il est affamé.

 

Je me lève, chausse mes pantoufles, enfile mon peignoir et me dirige vers la cuisine.

 

J’allume la radio et écoute les informations du matin. Je nourris mon félin et prépare le déjeuner de ma petite famille, réduite aujourd’hui à ma fille et moi. Des toasts, du beurre, de la confiture, du chocolat, un bol de chocolat chaud, un verre de jus d’orange, voilà de quoi bien commencer ma journée.

 

Je réveille Marion et nous déjeunons ensemble, dans un concert de rires. Câlin s’enfuit à toutes pattes en nous entendant. Une demie heure après, nous nous dirigeons chacune vers notre salle de bain. Une bonne douche, et la journée commencera vraiment.

 

J’aime ces matinées qui ne sont en fait que des instants-détente, où nous profitons de la présence de l’autre sans les soucis de la journée écoulée, mais, au contraire, la tête pleine des rêves de la nuit.

 

Aujourd’hui, c’est une journée de travail, comme tant d’autres. Commencée dans la bonne humeur, comme tant d’autres aussi.

 

Je dépose ma fille à l’école, et arrive au bureau. Je suis l’une des premières à arriver. L’une des premières à partir aussi, du coup. Le bureau est plongé dans l’obscurité. Tout est silencieux. C’est un vrai plaisir de travailler dans le calme, sans personne pour vous surveiller. Je profite de ce moment pour me plonger dans les dossiers épineux qui me demandent toute ma concentration. Puis, quand le bureau commence à se remplir, j’épluche mon courrier, et passe les coups de fil nécessaires.

 

La journée file à toute allure. Cette semaine, j’ai pris congé de toutes mes autres obligations. Nicolas est en colloque à l’étranger. Je ne veux pas laisser Marion toute seule à la maison trop longtemps. Mes sœurs se relaient à tour de rôle pour veiller sur elle. Elles sont tantes et fières de l’être. Quant à mes frères, ils sont en pleine crise d’adolescence ! L’âge ingrat, comme on dit.

 

Depuis toute jeune, j’ai toujours aimé entretenir plusieurs activités dans ma vie. Mêler mon métier à des activités de bénévolat est, pour moi, un pur plaisir. Pendant ma vie d’étudiante, c’était simple. Mais, j’ai voulu continuer dans la vie active. Un pari insensé, diront certains, mais que j’ai tenu, grâce à Nicolas surtout.

 

Douze ans de vie commune, dont dix que nous avons partagés avec Marion. Et encore de nombreuses années devant nous, je l’espère. A partager à quatre bientôt, sans doute, vu mon retard de règles de près d’un mois…

 

Voici la vie que je rêve d’avoir… la vie telle que j’aimerais pouvoir la raconter, dans quinze ans… Un pari insensé ? Peut-être pas tant que ça !

12:27 Écrit par Tayiam dans Personnel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

BONJOUR J ESPERE QUE TU AS PASSER DES MERVEILLEUSES FETES
UN PETIT BONJOUR EN PASSANT ET TE SOUHAITE
UNE MERVEILLEUSE JOURNÉE A TOI...

COEURDENFANT

http://coeurdenfant.skynetblogs.be

Écrit par : COEURDENFANT | 02/01/2007

Si c'est pas mignooooonnn !!

Écrit par : Cindy | 03/01/2007

Les commentaires sont fermés.