23/01/2007

Clara (3)

Clara avait un milliard de choses qui tournaient en même temps dans sa tête. Elle n’arrivait pas à déterminer quel sentiment était le plus fort. La peur se mélangeait à l’excitation, l’incompréhension, la joie. Mais quoi qu’elle puisse penser, cela ne résolvait pas le problème principal : comment cela était-il possible ? Et comment cela était-il arrivé ? Et pourquoi ?

 

Pourquoi, c’était l’éternelle question de Clara. En y pensant, elle sourit. Après quelques minutes de réflexion, elle décida que c’était la peur qui prédominait sur tout autre sentiment. La peur de l’inconnu. Toute cette histoire était trop rapide, trop incompréhensible, trop insensée.

 

Elle avait hâte de rentrer chez elle, de voir sa famille. Mais, elle était aussi morte de trouille à l’idée de revoir son père. Elle imaginait se retrouver face à un fantôme, aux dents pourries, aux mains vertes, et aux vêtements parsemés de terre. Un spectre revenant à la vie par je ne sais quel miracle.

 

Elle pensa à Martin. Il avait dû la prendre pour une malade. Il était intelligent, Clara le savait. Il était perspicace aussi. S’il avait su l’apprécier dans « la vie d’avant », il l’apprécierait forcément dans cette vie-ci. C’était en tout cas ce qu’espérait Clara.

 

Le bus arrivait à destination. Clara descendit et emprunta le chemin qu’elle avait parcouru des centaines de fois pour rentrer chez elle. En tournant au coin de la station essence, elle s’arrêta net, surprise de revoir le bout de forêt qui avait été rasé six mois avant son retour en arrière. Elle ne s’y attendait pas. C’était pourtant ridicule.

 

Elle continua son chemin. Pleine d’angoisse. Arrivée devant la porte, elle chercha ses clefs, fébrile. La porte s’ouvrit et Imane apparut dans l’embrasure.

 

-         Tu es déjà rentrée ?

-         Oui, mais, je ne peux pas rester longtemps. Où est mon père ?

-         Au travail, Clara, comme d’habitude !

 

Clara se maudit d’avoir oublié qu’en semaine, son père était au boulot, et non à la maison. Comment avait-elle pu oublier un détail pareil ?

 

-         Je dois chercher quelque chose dans ma chambre, Imane. Puis, je retourne aux cours. Vous avez besoin de quelque chose ?

-         Non, merci. Tout va bien ? Tu as l’air tracassée.

-         Oui, oui, ça va, merci.

 

Clara fila dans sa chambre, prit le premier classeur qui lui vint à la main, et descendit en trombe les escaliers.

 

-         Il me manquait ce cours. Je dois retourner, j’ai un test, mentit-elle en sortant.

-         Tu rentres à quelle heure ce soir ?

-         Je ne sais pas encore, Imane. Je vais peut-être manger avec des amis. Enfin, si vous êtes d’accord.

-         Moi, je ne dis rien. C’est avec ton père que tu dois voir ça, tu le sais bien.

-         Oui. Mais, je vous téléphone pour vous tenir au courant. A ce soir.

-         Ton sac, Clara !

-         Merci

 

Clara refit le chemin qu’elle avait parcouru quelques minutes plus tôt en sens inverse. Mais, elle s’arrêta au tram, cette fois-ci. Elle avait un besoin irrésistible de voir son père. Elle composa à nouveau son numéro.

 

-         Oui ?

-         Bonjour, c’est Clara.

-         C’est toi qui as essayé de m’appeler tout à l’heure ?

-         Oui, mais, il y avait des problèmes de réseau. Je peux passer à ton travail ?

-         La porte est toujours ouverte. Qu’est-ce que tu veux ?

-         Rien, juste te voir. J’ai une heure avant de devoir rentrer à l’université.

-         Je t’attends. Tu as déjà mangé ou je te prends quelque chose ?

-         Je n’ai pas faim, merci. J’arrive.

 

Clara avait les jambes qui tremblaient, et des sanglots dans la gorge, que son père n’avait pas manqué de remarquer. La preuve en était qu’il lui avait proposé de manger. C’était tout lui de ne prendre soin des autres que quand ils allaient mal. Cela fit sourire Clara. Le tram arriva enfin, et elle grimpa dedans. Plus que trente minutes et elle pourrait le serrer contre son cœur. Une larme glissa le long de sa joue.

18:47 Écrit par Tayiam dans Clara | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.