23/01/2007

Clara (4)

Nicolas était plongé dans ses réflexions. Jeune avocat stagiaire depuis moins d’un mois, il avait besoin de prendre ses marques. Pas facile de changer de mode de vie en si peu de temps. Hier encore, il était étudiant, aujourd’hui, le voilà dans le monde du travail. Et il n’avait que peu de temps à lui pour réfléchir à son équilibre, à son bien-être ou à lui-même tout simplement. Il n’y a que vingt-quatre heures dans une journée. Les trajets en transports en commun étaient donc idéaux pour réfléchir ! Pour ça ou pour lire un livre, selon son humeur.

 

Il avait son permis de conduire. Il aurait donc pu prendre sa voiture (elle était stationnée devant sa maison). Mais, il préférait les transports en commun. Pour le contact que cela lui procurait avec les gens. Et puis, cela faisait partie de son boulot. Son autre boulot.  Celui dont il ne parlait que peu. Cela faisait maintenant six ans qu’il l’exerçait. Il en avait fait du chemin depuis. Souvent, il se demandait pourquoi il avait été choisi, lui. Mais, il n’aurait sans doute jamais de réponse à cette question.

 

Une soudaine tension s’abattit sur lui. Il avait peur. Il se sentait fébrile, nerveux. Et infiniment triste. Ou plus exactement, quelqu’un de son entourage immédiat était dans cet état d’esprit. Il leva les yeux, tentant de deviner qui. Ce n’était pas toujours évident de repérer la bonne personne parmi la foule. Les gens sont rarement souriants quand ils sont seuls dans le tram. Mais, à cette heure-là de la journée, le monde se faisait rare. Il la repéra facilement, assise dans son coin.

 

C’était une jeune fille brune, aux cheveux mi-longs. Des lunettes presque transparentes. Un regard brun, assombri de crayon noir et d’une pointe de mascara. Elle portait un pantalon beige et une veste côtelée d’une couleur sombre incertaine qui tendait vers le vert kaki, le gris et le brun en même temps. Un sac à bandoulière chamarré était déposé sur ses genoux qu’elle tenait serrés l’un contre l’autre. Une farde reposait sur le siège à ses côtés. Sur la tranche, Nicolas lu « cours de 1ère BA – Droit ».

 

Il sourit, malgré lui. Une étudiante en droit. Mais, une bisseuse, visiblement. Sa farde était déjà remplie alors que l’année venait à peine de débuter.

 

Une nouvelle mission venait de commencer.

18:46 Écrit par Tayiam dans Clara | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Saint-Nicolas !! Y'a pas à dire, tu écris bien... :D

C'est marrant, j'ai eu un flash : ce chapitre me rappelle une nouvelle que j'ai lue y'a quelques années, avec un gars qui foirait tous ses réveillons de Noël...
Parce qu'en fait, c'était lui, le Père Noël...

Hum, soit :P

Je suis toujours curieux de connaître la fin... ;)

Écrit par : Arlequin | 23/01/2007

ah, ah!! Bon, dis-moi que tu ne t'attendais pas au Nicolas??

Allez, euh!

Même moi, je ne m'y attendais pas! C'est un flash qui m'est venu comme ça. Pour trouver une fin un peu plausible et comme j'aime bien!

(oui, j'avais prévu une fin, mais, euh, comment dire? Je ne voyais pas trop comment la mettre en place... Ca y est, j'ai trouivé maintenant. Faut juste que jke la termine, cette histoire (pour une fois! :P))

Et, dis, Nicolas, un gentil ou un méchant??

:P
;)

Écrit par : tayiam | 23/01/2007

Ha ha ha !! Ah, non, j'avoue, je m'y attendais pas...

Par contre, si le Nicolas c'est un mauvais (ce qui m'étonnerait trèèès fort), alors je sais pas, mais ça me fait penser à... Marc Levy...

Et ce qui a de génial c'est que tu vas le prendre comme un compliment... !!

loooooool :D

Écrit par : Arlequin | 23/01/2007

Les commentaires sont fermés.