18/02/2007

Clara (10)

Clara salua Alexis, Martin, Romain, Emma et Zoé en rentrant au Bureau. Les autres s’en étaient allés vaquer à leurs occupations. Elle s’assit en bout de table et regarda son agenda.

 

-         Tu viens, hein, demain, Clara ? lui demanda Emma.

-         Demain ?

-         Oui, à la soirée Starac !

-         Ah, oui, juste, c’est demain. C’est chez qui, encore ?

-         Chez moi, intervint Zoé. Il faut venir à vingt heures. Tu amèneras quoi ?

-         C’est comme tu préfères.

-         Prends deux bouteilles de coca. Ça te va ?

-         C’est parfait ! Je les prendrai en rentrant ce soir. Alexis, il y a conseil facultaire ce soir ?

-         Oui. Mais, il n’y a rien d’important à l’ordre du jour, répondit-il.

-         Je viendrai quand même. On a cours aujourd’hui, Emma ?

-         Oui, ce matin, droit constitutionnel. Mais, tu y étais, ajouta-t-elle en lui tirant la langue. Dis, il faut arrêter la drogue, hein !

-         Oui, je devrais, plaisanta Clara. Mais cet après-midi, je veux dire, insista-t-elle.

-         Non, le cours de néerlandais a été annulé. Il ne commencera qu’en octobre, en fait.

-         Ok. Donc, là, on a rien à faire, en gros ?

-         Non !

-         Cool.

-         Ah, mais, Clara, si tu n’as rien à faire, intervint Alexis, tu peux m’aider à ranger le local !

-         J’aurais dû me taire, là, s’écria Clara !

 

Alexis lui jeta une bouteille vide qui traînait sur la table. Clara la ramassa et la lui relança. Elle atterrit aux pieds d’Alexis et tout deux éclatèrent de rire. Clara ne savait pas viser, c’était bien connu. S’ensuivit une bataille rangée entre Alexis et Romain d’un côté et Clara, Zoé et Emma de l’autre. Martin était sorti du local entre temps, et Amel ouvrit la porte précisément au moment où Alexis lançait une farde sur Zoé qui s’abaissa juste à temps. La farde frappa Amel de plein fouet. Elle mit quelques instants à comprendre ce qui se passait puis prit le parti des filles et s’engagea dans la bataille à son tour.  

 

Près d’une heure plus tard, ils se calmèrent enfin. Ils étaient tous essoufflés et assoiffés. Le local était encore plus en désordre que d’habitude.

23:43 Écrit par Tayiam dans Clara | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.