23/07/2007

Clara (21)

Clara cligna des yeux. Son réveil sonnait. Elle le regarda perplexe. Il était donc déjà 8 heures ?

 

Elle ne s’était pas réveillée cette nuit. De deux choses l’une : soit elle s’était habituée à ses cauchemars au point qu’elle ne s’en réveillait plus et qu’elle ne s’en souvenait ; soit, elle n’en n’avait pas fait. Elle préféra opter pour la seconde solution.

 

Elle se leva péniblement. Elle détestait le matin. C’était le pire moment de la journée : celui où il fallait s’extirper de ses draps moelleux pour plonger dans le monde cruel qui l’entourait. A savoir, en premier lieu, la salle de bain.

 

Clara aimait les bains. Les douches aussi, un peu moins, cela dit. Mais, elle détestait se déshabiller avant de rentrer dans l’eau. Et, par-dessus tout, elle haïssait sortir de l’eau. Elle exécrait ce moment où le corps entier, tout dégoulinant, est recouvert de chair de poule. Cette sensation de froid, de mal-être ! Si on pouvait prendre une douche sans ce sentiment à la clef, ce serait le paradis, se dit-elle.  

 

Une fois habillée et maquillée, elle descendit déjeuner. Un bol de céréales avec du lait froid. Ses petits frères déjeunaient des mêmes céréales mais avec du lait chaud.

 

-         Imane, je peux conduire les enfants à l’école, si vous voulez.

-         Tu en es sûre ? Cela ne te dérange pas ?

-         Non, pas du tout. C’est sur mon chemin.

-         Alors, je suis d’accord.

-         Allez, en route, les monstres, sinon, on va être en retard !

 

Clara partit à l’université en faisant un léger détour par l’école des petits. Elle arriva à l’arrêt du bus, et son père passa en voiture devant elle.

 

-         Je te dépose ?

-         Si tu veux. Tu ne vas pas au travail ?

-         Si, mais Arthur n’a pas de livraisons à faire, ce matin. C’est lui qui ouvrira le magasin.

-         Alors, ça marche.

 

Clara grimpa dans la voiture de son père. Elle mettrait plus de temps en voiture qu’en bus. Son père prendrait sûrement un de ses éternels raccourcis qui les retarderaient plus qu’autre chose. Mais elle s’en contrefichait. Ils passeraient du temps ensemble et c’est tout ce qui comptait.

 

Ils discutèrent. De tout et de rien. Il lui demanda des nouvelles de sa mère. S’inquiéta pour ses études. Aborda le sujet de la santé. Clara en profita pour conseiller à son père de faire un check-up complet. Mehdi s’en contrefoutait de sa santé. Il s’en faisait pour sa fille et n’avait toujours pas compris ce qui la tracassait. Mais il n’en dit rien et acquiesça.

 

Ils arrivèrent enfin à l’université. Elle embrassa son père et descendit rejoindre Manon qui attendait devant les valves.

23:20 Écrit par Tayiam dans Clara | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.